Chroniques·Erotique·Romance contemporaine

L’enjeu – Angela Behelle

Editions Pygmalion – 30 Août 2017
456 pages

Résumé :
« — Que diriez-vous d’aller prendre un verre ailleurs ?
L’invitation est directe. M. Stirvin est un homme habitué à obtenir ce qu’il veut. Il ne doute pas de mon accord. Et il a raison. Je suis prête à le suivre pour trois raisons. La première, c’est que je ne demande qu’à fuir cet endroit étouffant. La deuxième, c’est que je me sens flattée d’être ainsi enlevée par cet homme superbe. La troisième, c’est que Marine n’a pas tort. Presque trois ans passés le nez plongé dans le travail, ça mérite bien un peu de distraction. J’ignore jusqu’où cette invitation va me mener, mais une si belle occasion ne se refuse pas. »
Avocate, Emma Loudhéac, 28 ans, se rend à un vernissage dans la galerie de Marine, sa meilleure amie.
Une seule chose est sûre : elle est loin d’imaginer la tournure que vont prendre les événements…

Mon avis :
Emma vit depuis trois ans dans une routine « boulot, dodo ». Quand sa meilleure amie Marine la sort de sa zone de confort en l’invitant à un vernissage dans sa galerie, Emma était loin de s’imaginer que sa vie changerait radicalement après avoir rencontré les Stirvin, père et fils…

Un résumé que je veux court, car il est difficile d’en faire plus sans risquer de spoiler l’histoire. J’avais très envie de découvrir ce titre, et ce, après avoir enchaîné les derniers tomes de l’autre saga de l’auteure, « La Société ». L’intrigue, qui est originale même si on reste dans un schéma connu, est bien menée. Dès les premières pages, je me suis laissé entraîner dans l’histoire qui nous prend à cœur, et on a très vite envie de savoir de quoi il en retourne, au vu de certains événements. Le récit est bien rythmé, les émotions et rebondissements, bien présents. La magie du page-turner, a encore une fois, opéré.
Comme à son habitude, la plume d’Angela Behelle est fluide, très agréable à lire.

Je me suis très rapidement attachée aux personnages. Emma Loudhéac est une jeune femme qui ne vit que pour son travail. Elle accepte l’invitation de son amie au vernissage, ne se doutant pas un instant qu’elle finirait par trouver le bonheur, mais qu’en même temps, elle serait source d’enjeu. Elle aura à y gagner certes, mais elle n’est pas la seule. C’est une jeune femme déterminée, avec une belle force de caractère.
Patrick Stirvin est un cinquantenaire charismatique. Grand patron de l’entreprise pharmaceutique « Stirvex », il aime avoir le pouvoir et nous le fait sentir à chaque instant. Outre son besoin de domination, il a ce besoin de protection envers ceux qu’il aime.
Thomas Stirvin, quant à lui, est artiste peintre, mais il est aussi le fils de Patrick. Avec son père, ils ont établi une forte complicité et ont quelque peu les mêmes goûts, les mêmes envies, « le digne fils de son père », dirons-nous. Il convoite également une femme, mais alors qu’elle n’est que l’enjeu d’un pari, il n’est pas prêt à céder sa place, même si le temps doit faire son œuvre. Il est aussi déterminé que son paternel.
Marine, la galeriste est tout autant intéressante que les protagonistes principaux. Elle ne mâche pas vraiment ses mots, et elle est fin psychologue.

En bref : j’ai passé un très bon moment avec cette lecture. L’histoire m’a littéralement captivé du début à la fin, me tenant en haleine de par les choix et rebondissements présents. Angela Behelle m’a de nouveau conquise !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s