Chroniques·Romance contemporaine

Les Sullivan, T.8 : Un souffle sur ta peau – Bella Andre

Editions J’ai Lu pour Elle (Passion intense) – 5 Avril 2017
320 pages

Résumé :
Sur un coup de tête, Lori Sullivan quitte Chicago, laissant derrière elle son rêve de devenir danseuse. Le hasard la fait atterrir au milieu de pâturages, à Pescadero. Espérant tout recommencer à zéro, elle répond à une petite annonce ; devenir aide de ferme, n’est-ce pas l’idée du siècle ? Sur place, elle découvre en Grayson, son nouveau patron, un homme certes bougon mais terriblement sexy. Lori, qui espérait tirer un trait définitif sur l’amour et ses risques, pourrait bien se perdre entre les bras de son séduisant employeur…

Mon avis :
Après une déception amoureuse, Lori Sullivan prend la fuite laissant tout derrière elle, son ex, sa carrière… Ne voulant pas trouver refuge à San Francisco chez les siens, le hasard la mène à Pescadero. Sur place, elle trouve une petite annonce dans laquelle un fermier cherche une aide. Bien à tomber, elle est capable de le faire. Une fois à la ferme, pensant tomber sur un vieux fermier, c’est Grayson qu’elle rencontre. Un jeune fermier tout aussi attirant que détestable ! Elle qui avait décidé de tirer un trait sur les hommes, elle va devoir réviser ses décisions…

Chaque fois, j’attends la suite de cette série avec impatience. L’intrigue, qui ne sort pas de l’originalité, est bien menée. Un peu déçue par le précédent tome, ici, je me suis laissé entraîner dans l’histoire dès les premières pages. Le récit est bien rythmé, la romance gagne peu à peu en intensité. Les émotions sont bien présentes, et à aucun moment, je n’ai ressenti d’ennui durant ma lecture.
La plume de Bella Andre, comme à son habitude, reste fluide, très agréable à lire.

Concernant les personnages, je me suis attachée à eux. J’avais hâte d’en savoir plus sur Lori, alias « la vilaine ». A contrario de sa jumelle Sophie, Lori est une jeune femme qui aime se montrer, qui n’a pas la langue dans sa poche. A elle seule, c’est un concentré de bonne humeur. Même blessée dans son amour-propre, elle a un cœur d’artichaut et n’hésite pas à apporter son aide aux autres. Quand elle rencontre Grayson, elle était un peu loin de s’imaginer la finalité, même si elle se voulait aller à espérer et pourtant… Elle a réussi à transformer le quotidien morne de ce fermier quelque peu aigri.
Grayson est un jeune fermier, qui depuis trois ans vit reclus dans sa fermer. Après avoir perdu son épouse, la culpabilité le ronge. Ayant racheté cette ferme à Pescadero, il s’est retranché dans un quotidien morne, sans lumière. Et quand la jeune femme débarque, il ne peut qu’être subjugué. Pourtant, il ne peut concevoir qu’elle reste à ses côtés que ce soit pour le travail ou autre.. Il usera de son arrogance, sera piquant avec elle, en vain. Lori est bien déterminée à rester.
Petit à petit, ils se confieront l’un à l’autre, et baisseront les barrières qu’ils ont érigées autour de leur cœur. Tous deux en ressortiront transformés et heureux.

En bref : j’ai passé un très bon moment avec ce tome. L’histoire assez simpliste gagne en intensité au final des pages. Même si cela ne sort pas des sentiers battus, la lecture n’en est pas moins agréable. L’auteure nous a exposé les huit enfants de la famille Sullivan de San Francisco, laissant entrevoir maintenant l’histoire des cousins Sullivan. Suite ou nouvelle série ? Affaire à suivre, en tout cas, je continuerais avec grand plaisir.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s